domingo, 20 de febrero de 2011

Quando a certeza me visita ou desfaça-se de sua parte que ainda pensa que ama ou ainda mais uma vez e sempre, não adianta mentir...

Iman Maleki (Teerão, 1976 - ) pintor iraniano.


E o que era pra ser não foi, nem será...
E assim termina o que nunca na verdade começou e o meu coração volta ao bolso de onde ele nunca deveria ter saído.

E eu nem sei o que sinto agora.

É como se mais nada fosse tão triste.

Ma Mémoire Sale

Lave
Ma mémoire sale dans ce fleuve de boue,
Du bout de ta langue nettoie moi partout,
Et ne laisse pas la moindre trace
De tout
Ce qui me lie et qui me lasse
Hélas!

Chasse,
Traque la en moi, ce n'est qu'en moi qu'elle vit,
Et lorsque tu la tiendras au bout de ton fusil,
N'écoute pas si elle t'implore,
Tu sais
Qu'elle doit mourir d'une deuxième mort
Alors,
Tue la... encore.

Pleure!
Je l'ai fait avant toi et ça ne sert à rien,
A quoi bon les sanglots inonder les coussins?
J'ai essayé, j'ai essayé
Mais j'ai
Le coeur sec et les yeux gonflés
Mais j'ai
Le coeur sec et les yeux gonflés

Alors brûle!
Brûle quand tu t'enlises dans mon grand lit de glace
Mon lit comme une banquise qui fond quand tu m'enlaces
Plus rien n'est triste
Plus rien n'est grave
Si j'ai...
Ton corps comme un torrent de lave
Ma mémoire sale dans son fleuve de boue
Lave!

Lave!
Ma mémoire sale dans ce fleuve de boue
Lave!
 
(Alex Beaupain)

1 comentario:

Dànskï Novais dijo...

nem a tristeza consegue ser mais triste que meus olhos e minha voz quando penso nas certezas que eu não queria ter sobre nunca ter existido o que eu sonhava ser...